WEST (Lucinda Williams) : Flirt décevant avec le sinistre

westlucindawilliamsLe folk américain a donné naissance à de nombreuses artistes qui écument les scènes d’outre-Atlantique depuis des décennies. Mais tout le monde n’est pas Bob Dylan et tous n’ont pas acquis une renommée mondiale. C’est le cas par exemple de Lucinda Williams, une chanteuse née en 1953 en Louisiane. Elle a sorti son premier album en 1979 et en compte désormais 10 à son actif, dont West sorti en 2007.

10 albums en 32 ans de carrière, on a connu plus prolifique. On imagine bien que chacune de ses œuvres doit être très attendue de la part de ses fans… dont je ne vais pas faire partie. J’avoue avoir débuté l’écoute de West sans avoir la moindre idée de ce que j’allais entendre. Mais jamais je ne suis complètement rentré dans cet album qui démontre une grande maîtrise, mais manque passablement d’enthousiasme.

Lucinda Williams se caractérise notamment par une voix rocailleuse, particularité qui ne doit sûrement pas s’arranger avec l’âge. Enfin, ce n’est pas un défaut non plus car cela donne une réelle personnalité à son chant. Et puis quand on navigue entre blues, folk et country, ce genre d’organe semble même idéal. Mais du coup, la voix n’est pas belle en elle-même. Son originalité n’aura vraiment de valeur que si elle est parfaitement utilisée.

Dans West, Lucinda Williams nous livre une très large majorité de titres sur le thème de la ballade plutôt triste ou mélancolique. Il est vrai que sa voix s’y prête particulièrement bien. Mais là où elle échoue, c’est dans la transmission d’une réelle émotion, à part dans le titre Unsuffer me. Du coup, on flirte souvent avec le sinistre. Ca pourrait être beau, voire même bouleversant, mais il y a beaucoup rarement l’intensité et la conviction nécessaires pour arriver à tel résultat.

On écoute donc West de Lucinda Williams avec donc au mieux une admiration polie. Certains titres heureusement valent le coup comme ce Are you alright ?, Learning how to live, Everything has changed, West ou encore Come on, sans pour autant être totalement inoubliables. Cependant, dans ces moments-là, on comprend mieux pourquoi cette artiste a réussi à autant durer. Mais malheureusement, le reste et l’assoupissement certain qu’il provoque nous donnent peut-être un léger indice sur les raisons qui ont limité sa renommée à travers le monde. N’est pas non plus Janis Joplin qui veut…

West de Lucinda Williams laisse donc largement sur sa faim. J’ignore si le reste de son œuvre est à l’image de cet album, mais le talent pour faire mieux est bien présent. Peut-être que cette artiste connaît une légère lassitude ou un manque d’inspiration. C’est parfois l’impression laissée par cet album que les rares très bons titres n’arrivent pas à épargner à l’auditeur une certaine déception, pour ne pas dire une déception certaine.

Pour finir, un petit tour des titres que l’on trouve sur West.

1.: Are You Alright?
Une ballade mélancolique très envoûtante.

2.: Mama You Sweet
Sombre et un peu chiant à tout dire.

3.: Learning How to Live
Plus énergique. La voix se lâche et c’est bon.

4.: Fancy Funeral
Très épuré, mais du coup un peu déprimant.

5.: Unsuffer Me
Un titre assez lent, mais avec beaucoup d’émotion dans la voix.

6.: Everything Has Changed
Une ballade très classique mais très belle.

7.: Come On
Plus rock et tout de suite bien meilleur.

8.: Where Is My Love?
On retombe dans le déprimant.

9.: Rescue
Toujours pas très dynamique.

10.: What If
Très beau, mais on reste vraiment toujours sur le même rythme.

11.: Wrap My Head Around That
Dissonant, lancinant et très long (9 minutes).

12.: Words
Un minimum de dynamisme et d’entrain.

13.: West
Ballade classique vraiment très belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.