LES CHRONIQUES DE KRONDOR, TOME 4 : TENEBRES SUR SETHANON (Raymond E. Feist) : Une conclusion après rebond

tenebressursethanonraymondefeistTénèbres sur Sethanon constitue 4ème tome des Chroniques de Krondor qui ont donné vie au monde de Midkemia, exploité par Raymond E. Feist à travers de nombreuses suites. Après un troisième volet, Silverthorn quelque peu décevant, cette conclusion provisoire place définitivement cette saga d’heroic fantasy dans les œuvres solides du genre. Le petit coup de moins bien était donc provisoire et c’est tant mieux !

Les Faucons de la Nuit sont de retour à Krondor et tentent une nouvelle fois de tuer Arthura, afin d’accomplir la prophétie. Ils finissent par arriver à leur fin. Du moins, c’est ce que leur laisse penser le Prince, qui simule son propre décès pour quitter la ville et se rendre dans les lointaines terres du Nord pour terrasser directement son ennemi. Pendant ce temps, Pug, aidé de Tomas, part à la recherche du seul être capable de les aider à défendre le Royaume contre les forces qui le menace : Macros le Noir.

Les Chroniques de Krondor, tome 4 : Ténèbres sur Sethanon confirme donc que les promesses des deux premiers épisodes n’étaient pas vaines. On y retrouve un récit solide, rythmé, riche en péripéties et rebondissements. Le fait que l’on arrive à l’achèvement d’un cycle aide évidemment à accélérer les évènements, mais Raymond E. Feist retrouve réellement toute l’inspiration qui avait séduit au début de la saga. Au final, le troisième tome n’aura donc constitué qu’un ralentissement passager, mais absolument pas une rupture.

Une des grandes qualités de Les Chroniques de Krondor, tome 4 : Ténèbres sur Sethanon est d’exploiter pleinement les éléments restés en suspens lors des épisodes précédents. Je ne jurerai pas sur ma propre existence que Raymond E. Feist savait dès la première ligne de Pug, l’Apprenti où il allait finir par conduire son récit, mais ce dernier possède tout de même une vraie cohérence. Jamais il ne s’affranchit de ce qu’il a pu exposer précédemment et y puise au contraire constamment pour donner toujours plus de consistance à l’univers qu’il a créé.

Comme le reste de la saga, Les Chroniques de Krondor, tome 4 : Ténèbres sur Sethanon souffre d’un léger manque d’originalité. Ce n’est pas vraiment un défaut, mais une réelle limite. On est en effet ici devant de l’heroic fantasy pure et dure, sans jamais utiliser autre chose que des éléments ultra classiques. Encore une fois, le tout forme un récit dans lequel on entre facilement et un monde cohérent et solide, mais qui ne dépaysera pas tant que ça les vrais amateurs du genre.

A l’inverse, Raymond E. Feist possède tout de même une plume bien plus aiguisée que beaucoup de ses collègues qui ne jurent que par les elfes et les dragons. Le récit est vivant, se parcourt sans difficulté, malgré sa richesse. La partie descriptive a été largement achevé lors des trois tomes précédents, du coup, Les Chroniques de Krondor, tome 4 : Ténèbres sur Sethanon laisse une très large part à l’action pure. Evidemment, on n’échappe pas aux explications finales du pourquoi du comment, mais elles sont suffisamment convaincantes pour ne pas du tout alourdir le récit.

Je suis donc définitivement heureux d’avoir entamé ce voyage à Midkémia. Les Chroniques de Krondor, tome 4 : Ténèbres sur Sethanon n’est sûrement pas l’œuvre d’heroic fantasy du siècle. Mais elle possède assez de qualités pour pousser le lecteur à vouloir poursuivre sa route dans ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.