TRIP THE LIGHT FANTASTIC (Sophie Ellis-Bextor) : Un peu de soupe ?

tripthelightfantasticsophieellisbextorEn 2001, une jeune anglaise (enfin elle l’est et le sera toujours, vu qu’elle est née la même année que moi..), Sophie Ellis-Bextor a connu un succès mondial avec son single Murder on the Dance Floor. Une chanson que je continue d’écouter toujours avec le même plaisir et dont le clip est lui aussi particulièrement réjouissant. Depuis, elle a sorti plusieurs albums, dont ce Trip the Light Fantastic, sorti en 2007. Pourtant, je n’avais plus jamais entendu parler d’elle. Je sais désormais pourquoi…

Bon, je suis peut-être sévère. La musique de Trip the Light Fantastic n’est pas la pire qui soi. Simplement dans un style musical qui n’attendait pas qu’elle, elle ne brille ni par une quelconque originalité, ni par des qualités artistiques à se taper le cul par terre (même si personnellement, je ne fais jamais ça pour quoi que ce soit… ça doit faire mal quand même…). Cela reste un produit très formaté, qui rappelle beaucoup d’autres artistes, mais en moins bien. Du coup, sans avoir envie de jeter le CD, on l’oublie aussi vite qu’on l’écoute.

Trip the Light Fanastic de Sophie Ellis-Bextor rappelle Pink par bien des aspects. J’avoue avoir été surpris par le côté assez rock de l’album. Mais ce n’est pas parce que je ne m’attendais pas à ça, que j’ai été enthousiasmé. En effet, tout cela manque franchement de conviction. Il y a du punch et de l’énergie, mais c’est trop propre, trop lisse pour être vraiment communicatif. Du coup, on ne tape pas du pied, ni secoue la tête en écoutant des morceaux dont c’était pourtant visiblement le but.

L’album rappelle aussi un peu Lily Allen dans des passages plus sucrés. Mais Sophie Ellis-Bextor n’a pas du tout la même personnalité dans la voix. Là encore, c’est propre, professionnel, mais sans éclat, ni génie ou originalité. C’est mieux que le commun des mortels, certes, mais par rapport à l’ensemble de la production musicale mondiale, c’est une autre histoire… On n’est jamais séduit dans Trip the Light Fantastic comme on a pu l’être par un Murder on the Dance Floor. Ce n’est pas un problème d’absence de talent, mais un manque de charme. Il n’y a aucune connivence avec l’auditeur qui du coup reste quelque peu indifférent.

Allez, pour ne pas assombrir totalement le tableau, on retiendra tout de même deux titres qui sortent très légèrement du lot dans Trip the Light Fantastic. If I Can’t Dance où la voix se fait un peu plus sensuel pour le seul morceau où elle fait preuve d’une vraie personnalité. New Flame est le seul où l’énergie serait presque communicative. Bon, tout cela ne casse toujours pas trois pattes à un canard, mais dans dans une grande assiette de soupe, on est à l’affût du moindre croûton.

Trip the Light Fantastic ne brille donc pas par son intérêt. Etre l’homme, ou la femme pour le coup, d’un seul tube, représente le destin de nombreux artistes. Sophie Ellis-Bextor semble bien être dans ce cas-là. A la fois, ils sont encore plus nombreux à être l’homme d’aucun tube…

Pour finir faisons le tour des titres de cet album.

1.: Catch You
Un titre très rock et énergique, mais aussi très lisse.

2.: Me and My Imagination
Electro-pop-rock qui fait un peu soupe.

3.: Today the Sun’s on Us
Plus mélodieux, plus clair, mais toujours pas transcendant.

4.: New York City Lights
Un titre électro-pop, mais qui ne fait pas mieux que les précédents.

5.: If I Can’t Dance
Un peu plus d’épaisseur dans ce titre joué sur un ton plus sombre et sensuel.

6.: The Distance Between Us
Une ballade qui sonne comme de la mauvais musique des années 80.

7.: If You Go
Un morceau qui tire sur le jazz-électro.

8.: Only One
Un morceau propre, sympa, énergique… mais lisse et sans génie.

9.: Love Is Here
Entraînant, mais tellement oubliable…

10.: New Flame
Un peu plus punch et du coup, un peu meilleur.

11.: China Heart
Très électro, très nul aussi.

12.: What Have We Started?
Ballade mélodieuse, qui conclue proprement cet album.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.