808S & HEARTBREAK (Kayne West) : Potentiel gâché

808sHeartbreakkaynewestJ’aime la musique de pouffes, c’est un fait connu de tous et qui passe pour une vérité aussi immuable que deux et deux font quatre. Du coup, on m’imagine en train de me trémousser devant des clips où des créatures à forte poitrine se déhanchent de manière lascive… Ceci est évidemment de la pure calomnie, même si j’avoue que parfois, en faisant mon repassage, je bouge mon postérieur au rythme des tubes de Britney ou des Destiny’s Child. Mais on oublie trop souvent que la musique de pouffes peut tout aussi bien être chantée par des hommes. Parmi eux Kayne West et son album 808s & Heartbreak Un jeune homme qui possède un certain potentiel mais qui le gâche quelque peu.

Kayne West est à la fois un rappeur et un producteur à succès. Il est connu en particulier pour avoir gâché la cérémonie des MTV Awards en montant sur scène pour critiquer le choix du jury qui n’avait pas accordé le prix du meilleur clip à sa protégée Beyonce… ce qui fit réagir même Barack Obama. Au-delà de ça, il a sorti 7 albums, dont ce 808s & Heartbreak, sorti en 2008, et qui propose un son très R’N’B, pas vraiment représentatif de sa carrière plus tourné vers le hip-hop.

Commençons par ce qui fâche et gâche tout. Sur 808s & Heartbreak, Kaye West utilise l ‘Auto-Tune, un logiciel modulant la voix. Mais la question reste : pourquoi ? Mais pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Parce qu’au final, cela donne l’impression de l’entendre au travers d’un téléphone qui ne capterait pas bien. Au mieux, cela donne un petit effet 80’s, mais sûrement pas du meilleur de cette décennie. Il a du trouver que cela faisait terriblement moderne, mais au final ça fait juste terriblement moche.

Et c’est vraiment dommage, car Kayne West a plutôt une belle voix. Pas forcément hyper originale et intéressante, mais suffisamment harmonieuse pour proposer beaucoup mieux que ce 808s & Heartbreaker. D’ailleurs, au détour d’un ou deux titres, on peut apprécier ce potentiel. Dans Love Lockdown ou encore Paranoid, on arriverait presque à faire abstraction des effets de déformation. Mais c’est surtout le dernier titre, une plage cachée, qui attise définitivement la frustration. Un titre enregistré en live, et donc sans le fameux logiciel, ce qui permet d’être définitivement convaincu du potentiel vocal du jeune homme.

Cependant, à côté de ça, même quand la partie chantée est sympa et dynamique (je parle de la mélodie, plus de la voix en elle-même), elle n’est que rarement mise en valeur par l’accompagnement instrumental. Certains morceaux ne sont soutenus que par un rythme très basique, voire même parfois carrément horripilant. Ca semble sorti d’une vieille boîte à rythme d’occasion et ça reste souvent très basique. Encore une fois, on a l’impression d’être de retour dans les années 80, mais on se rappelle pourquoi souvent on essaye d’oublier cette époque.

En fait, il faudrait reprendre tous les morceaux de 808s & Heartbreak, revoir les arrangements et les faire chanter par Kayne West sans toucher à sa voix. Dans ce cas-là, on aurait droit à un album de R’N’B fort sympathique. Au lieu de ça, on a droit à un mélange quelque peu indigeste, où les influences hip-hop ne viennent pas du tout enrichir le résultat, mais au contraire, le tire vers le bas.

808s & Heartbreak est donc un album totalement gâché par une série de choix artistiques particulièrement regrettables.

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on trouve sur cet album.

1.: Say You Will
Un long morceau d’introduction, qui commence de manière assez mélodieuse, même si l’instrumentation électro ne met pas du tout le chant en valeur. Ensuite, le titre se poursuit par un long instrumental sans intérêt.

2.: Welcome To Heartbreak
Une ambiance assez sombre pour un titre quelque peu transparent.

3.: Heartless
Un peu plus de rythme et dynamisme. La voix se lâche un peu et c’est tout de suite meilleur.

4.: Amazing
Pourquoi déformer la voix comme ça ? Cela gâche vraiment tout…

5.: Love Lockdown
Kaye West joue avec sa voix, pour un résultat plutôt intéressant.

6.: Paranoid
Une instrumentation épurée, de la conviction dans la voix et c’est bon !

7.: RoboCop
La voix se fait plus sexy. Serait vraiment pas du tout sans la déformation.

8.: Street Lights
Un titre totalement transparent.

9.: Bad News
La voix est plus aigüe et éloignée du micro. Effets ratés…

10.: See You In My Nightmares
La voix est de plus en plus déformée…

11.: Coldest Winter
La voix est plus pure dans titre qui sonne vraiment très années 80.

12.: Hidden Track, Pinocchio (freestyle live from Singapore)
Un live qui permet vraiment de mesure à quel point Kayne West a une voix vraiment sympathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.