TRUELOVE’S GUTTER (Richard Hawley) : 8, ça suffit !

truelovesgutterrichardhawleyPour faire un bon album, il ne suffit parfois pas de grand chose. Quelques notes de musiques, des textes qui ne sonnent pas trop mal et surtout une jolie voix. Celle de Richard Hawley est particulièrement prenante, chaude et envoûtante. La poser sur une mélodie assez simple est suffisant pour nous offrir un joli moment de bonheur musical. C’est exactement ce qu’il fait dans son album Truelove’s Gutter. Un album court mais suffisant.

Richard Hawley est un chanteur-compositeur anglais né à Sheffield en 1967. Il a d’abord œuvré au sein des Longpigs, avant de rejoindre brièvement le groupe de britpop Pulp. Il a surtout démarré une carrière solo en 2000, qui ont donné 7 albums studio, dont le 6ème, ce Truelove’s Gutter, est sorti en 2009.

Truelove’s Gutter nous offre des mélodies à la fois épurées et complexes. Complexes parce qu’elles utilisent beaucoup d’instrument assez originaux comme le waterphone ou le cristal baschet. Si vous ne savez pas ce que c’est, rassurez-vous, c’est normal. Mais vous pouvez vous rendre sur Wikipedia pour voir à quoi cela ressemble. Au moins, à défaut d’écouter et d’aimer cet album, vous aurez au moins appris quelque chose. C’est déjà ça !

Les mélodies de Truelove’s Gutter sont donc aussi épurées car elles tiennent souvent plus de la ligne mélodiques qu’autre chose. C’est la voix qui fait tout et qui est particulièrement mise en avant. Quelques fois, on a presque l’impression de flirter avec le a cappella. Mais cela n’est guère gênant vu la qualité de l’organe vocal de Richard Hawley. Il ressemble plus à celui d’un chanteur de blues ou de country, mais il s’agit bien d’un produit pur britannique et non sorti de l’Amérique profonde. Parfois les apparences sont trompeuses.

La principale limite de Truelove’s Gutter reste le rythme et le ton quasi uniformes de l’ensemble des morceaux. L’ambiance générale est assez sombre, et correspond visiblement à l’état d’esprit de Richard Hawley à ce moment là. C’est mélodieux et épuré, beau et apaisant, mais il est vrai qu’on a un peu l’impression d’avoir fait un peu le tour du sujet assez rapidement. Heureusement, l’album ne comprend que 8 titres, ce qui est assez rare désormais, alors on n’a pas le temps d’avoir réellement l’impression de tourner en rond.

Si les morceaux sont peut-être un peu trop uniformes pour ne pas se ressembler, ils sont heureusement uniformes dans la qualité. Les huit titres se laissent écouter avec le même plaisir, même si personnellement, j’ai une légère préférence pour As The Dawn Breaks. Peut-être tout simplement parce que c’est le premier et qu’aucun ne fait vraiment mieux ensuite. A l’inverse, seul Remorse Code est quelque peu en retrait des autres car trop répétitif.

Truelove’s Gutter pourra donc ravir les amateurs de ballades, de belles voix et des mélodies épurées. Un album définitivement sans fioritures.

Pour finir, regardons les titres que l’on trouve sur Truelove’s Gutter.

1.: As The Dawn Breaks
Ballade épurée, à la voix fascinante et prenante.

2.: Open Up Your Door
Toujours doux, un titre qui ressemble presque à un slow à l’ancienne.

3.: Ashes On The Fire
Une ballade country très classique.

4.: Remorse Code
Un rien plus dynamique, mais on se laisse bercer tout de même par la musique, qui finit par être un peu trop répétitive.

5.: Don’t Get Hung Up In Your Soul
Un ton plus doux, presque un murmure à l’oreille.

6.: Soldier On
Une voix vraiment fascinante.

7.: For Your Lover Give Some Time
Un ton romantique pour cette belle chanson.

8.: Don’t You Cry
Un très bel au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.