THE COURAGE OF OTHERS (MIdlake) : On ne peut pas tout avoir dans la vie

thecourageofothermidlakeAu grand jeu « devine la nationalité du groupe inconnu que tu écoutes », j’ai encore perdu. Je vais vous parler cette fois-ci d’un groupe texan, mais qui ne sonne pas du tout comme ZZ Top. Leur page Wikipedia signale d’ailleurs en introduction, que ce soit en anglais ou en français, qu’il connaît un certain succès en Europe, ce qui n’est guère étonnant puisque ce The Courage of Others de Midlake propose un son très continental. Mais surtout un son pas désagréable, même si un peu monotone au final.

Midlake est donc originaire de Denton au Texas. A l’origine, en 1999, il s’agit d’une formation de jazz universitaire. Puis leur style a évolué vers l’indie rock (c’est à dire avec des claviers très présents) pour aboutir à leur premier album, sorti en 2004, Barman and Silvercork. Puis le groupe a pris un nouveau virage vers un rock plus classique dans leur album The Trials of Van Occupanther (2006). Leur troisième et dernier album, The Courage of Others, est quant à lui sorti en 2010.

The Courage of Others est essentiellement composé de ballades. A tel point qu’on se dit que la description pourrait parfaitement s’arrêter là. Car en plus de cela, le ton ne varie pas énormément au fil de l’album, même si les titres sont plus ou moins sombres, plus ou moins mélancoliques. Il en ressort une certaine impression de monotonie et au bout de 11 plages, on se dit qu’on a bel et bien fait le tour de la question et qu’il est temps de passer à autre chose.

J’estime pourtant que The Courage of Others reste un bon album. Certes, les titres se ressemblent tous plus ou moins, mais ils sont tous de bonne qualité. Seul Bring Down est un peu plus en retrait et The Courage of Others s’écoute un peu agacé devant le manque de renouvellement (mais ça n’enlève rien à sa qualité dans l’absolu). Le reste est composé de ballades parfaitement maîtrisées, pas forcément hyper originales, mais qui dégagent tout de même une réelle émotion.

En fait, The Courage of Others possède une certaine personnalité grâce à la voix de Tim Smith. Une voix profonde et chaude, assez reconnaissable pour que la musique de Midlake se distingue quelque peu de la concurrence. On ne tient pas là un organe aux qualités exceptionnelles, mais qui s’écoute avec beaucoup de plaisir et n’apparaît pas comme un produit marketing formaté. Il attire l’oreille et la curiosité dès les premières notes de l’album et si la monotonie finit par user notre capacité d’attention, on aura tout de même passer un moment agréable.

The Courage of Others peut donc s’écouter lors d’envie de fond sonore calme et mélodieux. Les instrumentations sont souvent assez épurées, avec une batterie qui ne fait que des apparitions discrètes, mais souvent remarquées. Certains titres ont un léger côté ballade irlandaise, qui m’aurait fait jurer qu’on avait affaire à un groupe européen. La musique de Midlake confirme au final qu’il s’agit d’un langage universel qu’on a toujours tort de vouloir enfermer dans des boîtes ou des catégories trop rigides.

The Courage of Others est donc un album qui pêche par une certaine monotonie, mais qui brille par une constance dans la qualité. Bref, on ne peut pas tout avoir dans la vie.

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on trouve sur cet album.

1.: Acts Of Man
Une introduction douce et mélancolique, où la voix monte doucement.

2.: Winter Dies
Un petit côté ballade irlandaise.

3.: Small Mountain
Une ballade où la voix est parfaitement mise en valeur.

4.: Core of Nature
Un peu plus d’énergie dans cette ballade aux élans symphoniques.

5.: Fortune
Une ballade maîtrisée sur le ton d’une berceuse.

6.: Rulers Ruling All Things
Une instrumentation plus présente pour un ton plus sombre.

7.: Children of the Grounds
La voix est plus poussée, plus de conviction, son plus rock.

8.: Bring Down
Un titre un peu lancinant.

9.: The Horn
Un ton plus sombre avec une voix plus grave et plus profonde.

10.: The Courage of Others
Ballade très épurée mais qui nous fait penser que l’album est un peu à bout de souffle.

11.: In the Ground
Une conclusion dans la lignée du reste de l’album.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.