MORT A DEVIL’S ACRE (Anne Perry) : Détente littéraire sans surprise

mortadevilsacreVoici un moment que je ne m’étais pas plongé dans un tome des aventures de Charlotte Pitt et son mari inspecteur de Scotland Yard dans les années 1880. Des enquêtes qui les poussent à mettre en lumière les travers de la bourgeoisie bien pensante de l’époque, au sein de laquelle il s’en passe de belles ! Pas d’exception avec ce Mort à Devil’s Acre où l’on découvre que certains de ses membres les plus éminents fréquentent des femmes de petite vertu… et que certaines de leurs compagnes aiment même à s’offrir à d’autres pour de l’argent et surtout tromper leur ennui.

Ceux qui auront lu d’autres romans de la même série ne seront en rien surpris par Mort à Devil’s Acre. Il ne seront pas non plus déçus car la qualité est toujours là. Certes, le plat commence à sentir un peu le réchauffé, mais il se mange toujours tout seul, grâce à un style léger et une longueur somme toute limitée. Bref, une vraie lecture de détente pour amateurs de polars historiques et sans autre prétention que de constituer un pur divertissement littéraire. Le côté un peu croustillant du contexte épice un peu le plat, mais Anne Perry n’est pas non plus du genre à trop forcer sur la dose de ce genre de condiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.