SPHERE (Michael Crichton) : Huis-clos sous-marin

sphereDans la famille des auteurs de best-sellers en série, tous adaptés sur grand écran, je voudrais Michael Crichton. L’auteur de Jurassic Parc (bien meilleur sur papier qu’au cinéma) a donc également écrit Sphère, adapté en 1998 par Barry Levinson… Mais comme je n’ai pas vu ce film, je ne sais même pas pourquoi je vous parler de ça, puisque je vais me concentrer uniquement sur le roman, écrit lui en 1987.

Sphère reprend le schéma classique du huis-clos, où un groupe est confronté à des évènements étranges sans possibilité de s’enfuir. L’intrigue ne se situe pas sur une île peuplée de dinosaures où un groupe de scientifiques (entre autres) se retrouve coincée à cause d’une tempête, mais au fond de la mer où un groupe de scientifiques (entre autres) se retrouve coincé à cause d’une tempête et confronté à un mystérieux objet d’origine extraterrestre. En gros ce roman a servi de brouillon à celui qu’il écrira juste après et qui fera de lui une star mondiale de la littérature.

Mais si on fait abstraction de tout ça, Sphère se laisse lire avec plaisir, à défaut de se dévorer. Michael Crichton sait définitivement raconter une histoire et le fait avec un style clair et agréable. C’est vrai que rien dans l’intrigue n’est jamais vraiment surprenant ou totalement inattendu, mais sans être pour autant cousu de fil blanc. Le récit comporte ce qu’il faut de tension, les personnages ce qu’il faut de profondeur pour que l’on reste bien accroché jusqu’à la dernière page. Bref, ce n’est définitivement pas son roman le plus marquant, mais vaut bien des sommets d’auteurs beaucoup plus médiocres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.