LES MAITRES DU TEMPS (Vladimir Volkoff) : Bon, ça, c’est fait…

lesmaitresdutempsJ’en ai donc fini avec cet exercice un peu masochiste qui a consisté à lire les 4 tomes de la tétralogie Les Humeurs de la Mer, écrite par Vladimir Volkoff, qui est également, dans une autre vie, le père de Langelot, sous le nom de Lieutenant X. Après, avoir récupéré les trois premiers tomes sur mon trottoir, j’ai fait preuve d’une certaine abnégation pour acheter le dernier, les Maîtres du Temps, pour achever la lecture de ce cycle qui possède certes des qualités, mais aussi bien des défauts.

Le principal défaut reste quand même une lourdeur assez incroyable. Le côté philosophico-ésotérico-intellectuel ne vient pas enrichir un propos qui n’est pas inintéressant en soi, mais vient le plomber de manière particulièrement regrettable. Les Maîtres du Temps aurait pu se contenter d’être une simple comédie des mœurs qui remet en scène nombre de personnages croisés précédemment. Mais il cherche à être quelque chose de plus… et n’y arrive pas. Je dois admettre que ce travers est peut-être moins marqué dans ce dernier volet, mais comme le sujet en lui-même est également moins passionnant, on a bien du mal à s’enthousiasmer.

Surtout qu’après 4 tomes de réflexions intellectuelles un peu fumeuses, Vladimir Volkoff ne semble aboutir nul part. Il y a peut-être une morale à tirer de toutes ces histoires, mais je n’ai pas bien saisi laquelle. Reste juste une figure centrale remarquable et des personnages plus secondaires souvent réussis. Du point de vue de leur parcours et de leur évolution, Les Maîtres du Temps peut être vu comme une vraie conclusion. On ne les quitte pas vraiment à regret, mais on regrette fortement que l’auteur n’ait pas su nous les faire véritablement aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.