ALLAH RECHERCHE L’AUTAN PERDU : Non, non, non rien n’ a changé…

allahrecherchelautanperduGeorge Simenon avait son commissaire Maigret. Philippe De Villiers avait Son Altesse Sérénissime (SAS). Frédéric Dard avait son San-Antonio. Mais personne n’a son Poulpe. Car cette série policière née en 1995 présente la particularité que chaque épisode soit écrit par un auteur différent. Le premier que j’ai lu, et donc je vais vous parler aujourd’hui, a été écrit par Roger Dadoun, un philosophe français, et s’intitule Allah Recherche l’Autan Perdu. Un roman dont le contexte a quelques résonances dans la situation actuelle, 20 ans après avoir été écrit.

Allah Recherche l’Autan Perdu se situe entre le polar et le roman d’espionnage. Bref, tout ce qui a toujours fait la richesse du roman de gare, au sens noble du terme, à la française. On y retrouve toutes les caractéristiques : peu de pages, une intrigue qui démarre au quart de tour, du papier de qualité moyenne… et quelques scènes un peu crues. Mais cela reste écrit avec un talent bien supérieur à la moyenne, sans atteindre non plus des sommets littéraires.

L’intrigue est riche, nous amène au quatre coins du Moyen-Orient, où l’on peut constater que beaucoup de choses n’ont pas beaucoup changé malheureusement. Ce n’est pas toujours hyper crédible, mais on se laisse porter par l’histoire, surtout que l’esprit affûté du personnage principal y apporte une touche de second degré et d’humour très agréable. Allah Recherche l’Autan Perdu constitue donc un moment de lecture agréable et sans prétention. Mais il m’a tout de même donné envie de lire d’autres épisodes du Poulpe… Cela tombe bien, j’en ai toute une collection qui m’attend dans ma chambre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.