TYHPON (Joseph Conrad) : Plate tempête

typhonDans la série des grands auteurs dont aucune œuvre ne figurait à ma culture pourtant pas totalement indigente figurait encore il y a quelques jours Joseph Conrad. Ce trou scandaleux est désormais bouché grâce à Typhon. Une œuvre typique de son œuvre très liée à la mer. Comme on peut se douter à lecture du titre, le récit nous emmène au cœur d’une tempête que va affronter un équipage et son bateau.

Typhon est avant tout un roman d’hommes, encore plus qu’un roman d’aventure. Il s’attache avant tout à décrire la relation entre les membres de l’équipage, les tensions qui naissent à l’approche du danger et la gestion des désaccords quant aux décisions à prendre pour y faire face. Le roman est court et va vite droit à l’essentiel. Pas de fioritures, de descriptions exotiques ou de paysages enchanteurs. On entre vite au cœur de la tempête et on en sort presque aussi rapidement.

Je suis toujours un peu chagriné de ne pas être particulièrement être enthousiaste lors de la découverte d’un auteur de ce calibre. Mais j’ai trouvé le récit parfois assez confus. Les passages décrivant le bateau face aux vagues permettent difficilement de visualiser ce qui se passe. Les intentions des personnages ne sont pas toujours claires et du coup, on a un peu de mal à être passionné. Bon, je me doute que l’œuvre de Joseph Conrad mérite bien une autre chance, mais cette première rencontre n’a pas été totalement concluante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.