MON ROI : La fatalité du connard

monroiafficheJ’ai cru remarquer au cours de ma brève existence (enfin de moins en moins brève au fur et à mesure des années) que le connard est une espèce qui a beaucoup de succès auprès de la gente féminine. Ok, la remarque marche sûrement dans le sens inverse avec les connasses, mais ce n’est pas le sujet ici. En effet, Mon Roi, le nouveau film de Maïwenn, constitue l’illustration parfaite de l’histoire d’amour entre une fille bien et un homme qui tient plus de la nuisance que du bienfait. Un film qui a reçu un accueil mitigé, tant il est vrai qu’il provoque une impression contrastée.

Mon Roi fait partie de ces films dont vous ne savez pas très bien si vous les avez adoré ou si vous l’avais détesté. Parce que vous lui trouvez d’immenses qualités, mais d’un autre côté, vous avez un peu l’impression de vous être fait avoir par des tours de passe-passe. Maïwenn n’est peut-être pas magicienne, mais une cinéaste au talent assez rare pour masquer les faiblesses des histoires qu’elle raconte. Et le scénario en possède ici beaucoup. Le propos manque vraiment de profondeur et certains éléments, comme un parallèle entre l’histoire d’amour et une rééducation du genou, laissent perplexes… ou pire totalement indifférents.

monroiA côté de ça, Maïwenn possède une faculté rare à sublimer le jeu de ses acteurs. Si Emmanuelle Bercot, qui est pourtant avant tout une réalisatrice, a reçu un prix d’interprétation à Cannes, ce n’est pas non plus pour rien. Elle en éclipserai presque un Vincent Cassel pourtant assez incroyable. Mais c’est l’ensemble du casting qui est sublimé, avec même un Norman vraiment excellent. Le jeu d’acteurs donne vie à cette histoire, transmet beaucoup d’émotion, sans arriver à masquer totalement la vacuité d’une histoire qui en rappelle beaucoup d’autres (et des réelles), mais sans rien en dire.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Production : Les Productions du Trésor, StudioCanal, France 2 Cinema
Réalisation : Maïwenn
Scénario : Maïwenn, Etienne Comar
Photo : Claire Mathon
Décors : Julyan Giraux
Distribution : StudioCanal
Durée : 130 min

Casting :
Emmanuelle Bercot : Tony
Vincent Cassel : Georgio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.