SPACE OPERA (Jack Vance) : Au sens propre

spaceoperaL’expression space opera est née dans les années 40 et se voulait à l’origine péjorative. Pas de chance pour son créateur, elle a été reprise a leur compte par les fans de science-fiction pour désigner les histoires qui nous emmènent loin dans l’espace. Jack Vance est une figure mythique de ce genre littéraire. A tel point qu’il a décidé de prendre l’expression aux mots et de nous proposer un roman nous racontant les pérégrinations de planètes en planète d’une troupe d’opéra. C’est donc logiquement qu’il a appelé son livre simplement Space Opera.

Space Opera flirte délicieusement tout du long avec l’auto-dérision. L’histoire nous fait découvrir de multiples mondes qui comportent chacun une caractéristique bien particulière. On sent souvent une petite pointe d’ironie dans celle-ci par rapport aux clichés du genre… mais aussi à notre bonne vieille Terre. Ce roman c’est un peu Astérix dans l’espace. Quand Goscinny utilisait le passé pour se moquer du présent, Jack Vance utilise l’univers lointain pour se moquer de nos sociétés d’ici. L’exercice est savoureux, même s’il induit ses propres limites.

Space Opera est donc un roman sympathique, mais ne va guère plus loin. Une petite gourmandise littéraire, pas un festin de roi. L’oeuvre de Jack Vance comporte assez de moments de bravoure pour ne pas lui reprocher d’avoir juste broder autour d’une très bonne idée, sans chercher forcément à la sublimer. En avoir une aussi bonne est hors de portée de la plupart des auteurs du genre. Donc rendons lui hommage comme il se doit en appréciant pleinement ce roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.