CEREMONIES BARBARES (Elizabeth George) : Haute barbarie

ceremoniesbarbaresLa haute société constitue un excellent décor pour une enquête policière sur un crime sordide. En effet, là où les apparences comptent plus que la vérité, cette dernière sera d’autant plus dure à trouver même pour les plus fins limiers. Barbara Havers et Thomas Lynley, nés sous la plume d’Elizabeth George, sont de cette trempe là. Cérémonies Barbares les envoient dans un collège (au sens anglo-saxon du terme) particulièrement huppé. Un contexte qui leur donnera bien du fil à retordre.

Si je n’avais pas encore été totalement convaincu par les deux les premiers volets de leurs aventures, j’ai pleinement apprécié Cérémonies Barbares. Peut-être parce qu’Elizabeth George se concentre beaucoup plus sur l’intrigue policière en elle-même. Cette dernière est riche, réserve des rebondissements et entretient la volonté constante du lecteur de voir se dénouer les fils du mystères. A cela s’ajoute le petit plaisir de voir la haute bourgeoisie obligée de mettre au grand jour ses pires turpitudes. Un petit plaisir dont on ne se lasse pas.

La plume d’Elizabeth George livre une écriture parfois ardue. Cérémonies Barbares n’échappe pas à la règle. Les personnages sont nombreux et elle ne prend jamais vraiment le temps au lecteur de bien les distinguer les un des autres. L’intrigue n’est donc pas toujours facile à suivre, surtout si vous interrompez votre lecture quelques jours. Mais cette fois-ci, on est assez plongé dans le récit pour surmonter cette légère difficulté. Un peu plus de légèreté dans le style n’aurait cependant pas nuit au plaisir de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.