PIERRE DE SANG (David Gemmell) : Trilogie achevée

pierredesangQuand on tient un excellent personnage, il est forcément tentant de l’utiliser encore et encore à longueur de romans. Mais l’histoire de la littérature le montre. La trilogie reste le format au-delà duquel il est dangereux de s’aventurer. David Gemmell l’a bien compris en concluant son triptyque au centre du quel se situe Jon Shannow, qui reste une figure marquante de l’œuvre du romancier anglais. Comme il est décédé en 2006, on peut facilement imaginer que ce Pierre de Sang n’aura jamais de suite. Mais il vaut mieux parfois savoir s’arrêter sur une bonne impression.

Pierre de Sang se situe bien sûr dans la continuité des deux premiers épisodes, mais en laissant vingt ans s’écouler depuis l’Ultime Sentinelle, David Gemmel a l’occasion de nous livrer une vision quelque peu différente de son personnage. Pas une réinvention non plus, mais un dernier petit élan pour donner à ce dernier épisode un supplément d’intérêt. Car pour le reste, il reste très fidèle à l’univers de cette saga qui rappelle encore plus ici la Tour Sombre de Stephen King. Sans atteindre le même génie que cette dernière, on est là face à une œuvre foisonnante et imaginative, mais parfois difficile à suivre.

Pierre de Sang ne renonce en rien à l’aspect très ésotérique de son œuvre. Du coup, la clarté de la narration rappelle parfois David Lynch au meilleur de sa forme. Mais quelque part, cela fait partie du charme de cette œuvre. Elle mériterait sans doute une deuxième lecture pour l’apprécier pleinement. En attendant, on peut se laisser bercer par le charme singulier de cette saga à la frontière entre science-fiction et fantasy, qui tient là une conclusion réussie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.