LES CONFIDENCES D’ARSENE LUPIN (Maurice Leblanc) : Belles confidences

lesconfidencesdarsenelupinJe n’ai vraiment découvert l’univers d’Arsène Lupin que très récemment. Mais à chaque tome que je parcours, je m’y attache un peu plus. Les Confidences d’Arsène Lupin n’aura fait que renforcer cet attachement. En effet, il est pour l’instant mon volume préféré. Une nouvelle série de nouvelles, mais qui cette fois brille par sa constance dans la qualité. Un recueil qui permet donc de mieux comprendre comment ce personnage a réussi à rentrer à ce point dans la légende et l’imaginaire collectif de notre pays.

On pourrait cependant reprocher à Maurice Leblanc de ne pas vraiment chercher à se renouveler. Il est vrai que les récits se suivent et sont tout de même à peu près toutes sur le même schéma. Certes, à chaque fois la situation évolue, mais il est vrai qu’il y a énormément de similitudes entre tous ces récits. Mais la répétition donne aussi paradoxalement son intérêt à Les Confidences d’Arsène Lupin. A chaque fois, on se demande ce que l’auteur va bien pouvoir inventer pour mettre en lumière l’incroyable ingéniosité de son personnage.

Les Confidences d’Arsène Lupin possède un charme désuet, qui n’enlève rien au charme. Il faut bien imaginer comment ces récits ont pu être vu comme profondément immoraux au moment de leur sortie. En effet, le héros, c’est le méchant et c’est la police qui est tourné en ridicule. Il n’y a pourtant pas de quoi fouetter un chat, Arsène Lupin ne tuant jamais personne et est prompt à jouer les Robin des Bois. Mais il s’agit bien d’un vrai moment de l’histoire de la littérature, un de ces moments où les conventions immuables sautent. La postérité de ces récits est immense. Mais ce n’est pas une raison pour négliger l’original.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.