L’AME DU TEMPLE, TOME 2 : LA PIERRE NOIRE (Robyn Young) : Plaisante croisade

lapierrenoireL’été on a envie de contrées ensoleillées, proches de la mer et en bonne compagnie. Donc quoi de mieux qu’un voyage sur les rives orientales de la Méditerranée ? Bon, évidemment, le voyage est moins plaisant quand il est émaillé de violence et de sang. Retourner au temps des croisades ne s’apparente pas vraiment à un voyage touristique. Mais quand il se fait au travers d’un roman, il peut agrémenter d’excellentes vacances. Surtout un roman de qualité comme le deuxième tome de l’Ame du Temple, intitulé la Pierre Noire. Une suite qui confirme toutes les qualités du premier volet et nous rend impatient de lire le troisième et ultime.

La Pierre Noire est un roman d’aventures historiques comme on les aime, où se mêlent les événements historiques et des intrigues et des personnages sortis uniquement de l’imagination de l’auteur. Et Robyn Young n’en manque pas. Le récit est particulièrement riche. C’est heureux d’ailleurs car il s’étale sur plus de huit cents pages. Mais jamais une seule seconde on ne s’ennuie. Le style particulièrement léger et vivant fait que l’on a jamais l’impression d’être au milieu d’un pavé. Les intrigues se succèdent et se multiplient à un rythme particulièrement soutenu. Tout cela se déroule dans une grande clarté, surtout s’il on pense à consulter l’index des personnages qui se trouve à la fin du roman.

Ce deuxième volet se situe dans la continuité du premier à tout point de vue. Même si chacun d’eux possède une certaine unité, on poursuit bien la progression d’une seule et même intrigue et l’évolution des mêmes personnages. La Pierre Noire compte assez peu de nouveaux protagonistes car Robyn Young n’avait pas clairement pas fini d’exploiter tout leur potentiel. On en retrouvera certainement nombre d’entre eux dans le dernier épisode et ne doutons pas que Robyn Young saura en tirer encore bien des pages de plaisirs littéraires. Un plaisir plus divertissant que d’une grande profondeur, mais qu’il serait dommage de bouder.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.