LES RACINES DU MAL (Maurice G. Dantec) : Intelligence bien réelle

lesracinesdumalEcrire un roman avec comme élément majeur une technologie émergente implique le risque de voir son contenu prêter à sourire quelques années après, les évolutions imaginées se réalisant rarement. Cela peut parfois décrédibiliser totalement un texte. Mais quand le reste est de très grande qualité, on pardonne aisément, voire on apprécie l’audace et la prise de risque. Publié en 1995, les Racines du Mal anticipait comment pouvait se concrétiser la notion d’intelligence artificielle à l’aube de l’an 2000. Au final, dans le monde réel, on en était loin, même si peu à peu la réalité rattrape la fiction depuis. Mais cela n’empêche en rien ce roman d’être un grand polar !

Au final l’aspect technologique du roman est à la fois central et mineur. L’intelligence artificielle constitue un des personnages principaux dont on ne peut pas faire abstraction. Par contre, on peut facilement faire abstraction de son caractère cybernétique. Si on considère qu’il est un personnage comme un autre, alors on peut apprécier pleinement les Racines du Mal. On peut pleinement profiter du très beau sens de la narration de Maurice G. Dantec. Il parvient d’une manière magistrale à dévoiler progressivement toutes les couches de son récit pour lui donner au final une épaisseur que l’on ne soupçonnait pas à travers les premières pages. Et même s’il va peut-être un peu loin à un moment donné, on est totalement saisi par ce récit sombre et terriblement prenant.

Les Racines du Mal ressemble à première vue à un pavé (750 pages quand même). Mais pour l’avoir lu en trois jours, je peux vous garantir qu’il se dévore plus qu’il ne se lit. Certes, le fait d’avoir pu lire de longs moments au bord d’une piscine en vacances a facilité les choses, mais dans tous les cas, on avale les pages assez goulûment pour progresser très vite dans le récit. Son style est extrêmement vivant et agréable, malgré la complexité parfois assez importante de l’intrigue. Il signe donc un roman majeur du polar noir, vraiment très noir. Un lecture pas forcément légère pour l’été, mais une lecture incontournable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.