BLUE HEARTS (Bob Mould), ALICIA (Alicia Keys), HOUSE FOR SALE (It’s Immaterial) : Débuts difficiiles

blueheartsbobmouldOn commence cet avis musical par un artiste américain de 60 ans, Bob Mould, qui a été le leader de plusieurs groupes punk. Mais, il s’est un peu calmé avec l’âge, mais à peine. Pour preuve son album solo, sorti cet année, intitulé Blue Hearts. Il s’ouvre sur une titre presque doux avec simplement la voix et une guitare. Le reste sera plus rock, voire très rock. C’est bordélique, plein d’énergie (comme du punk), mais cette dernière se révèle pas ici particulièrement communicative. Mais après ce début basique et sans grand intérêt (on dirait du Pearl Jam, mais sans évidemment la voix unique d’Eddie Vedder), la suite est plus maîtrisée et se laisse finalement écouter. Un album inégal donc, non indispensable, mais dont on ne peut nier les qualités.

aliciaaliciakeysOn poursuit avec une grande star, Madame Alicia Keys et son dernier album sobrement intitulé Alicia. Les débuts sont hésitants, en retrait. Mais très vite, on profite enfin pleinement de sa très belle voix. La musique est douce, pleine de maîtrise et de conviction. Certains titres savent aussi se montrer entraînants. Cela coule tout seul avec beaucoup de plaisir. La qualité reste constante et élevée, même si l’album ne comporte aucun tube en puissance.

houseforsaleitsimmaterialIt’s Immaterial est un groupe anglais ayant signé deux albums en 1986 et 1990. Mais il n’est jamais trop tard pour renaître puisqu’ils sont revenus cette année avec House for Sale. On est accueilli dans une ambiance éthérée, qui donne une impression d’intimité. John Campbell parle parfois plus qu’il ne chante, comme s’il s’adressait directement à l’auditeur. Le résultat est classe, grâce à cette voix très expressive. Cela se laisse écouter avec beaucoup de plaisir, surtout que la qualité des titres reste constante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.