LA LEGENDE DES MILLE TAUREAUX (Yacha Kemal) : L’âme d’un peuple

Certaines régions du monde semblent encore des terres inconnues à nos yeux d’Occidentaux. Certains peuples nous apparaissent toujours totalement étrangers, comme si nous n’habitions pas sur la même planète, quand bien même elle est supposée être devenue un grand village. Ainsi, les Turkmènes n’évoquent pas forcément grand chose pour le grand public de notre pays. Cela n’est plus tout à fait le cas de ceux qui ont lu la Légende des Mille Taureaux de l’auteur turc Yacha Kemal. Un beau voyage dans l’espace et dans le temps qui nous ouvre les yeux sur une réalité que beaucoup de nous ignorent. Et tout le monde gagne à être moins ignorant.

La Légende des Mille Taureaux nous raconte la fin d’un monde. En effet, le sujet principal est la difficulté d’une tribu turkmène à conserver son mode de vie nomade dans un monde dit « moderne ». Yacha Kemal s’efforce d’une part de nous faire découvrir toute la richesse de cette culture, forte de traditions et de légendes, et d’autre part nous faire prendre conscience de son inexorable disparition. Le roman est chargé de poésie, mais aussi d’une certaine tristesse et d’un fatalisme réaliste. Son caractère crépusculaire a quelque chose de fascinant et laisse aussi quelques regrets. Ceux de ne pas avoir appris à connaître cette culture du temps où elle était pleinement vivante.

La Légende des Mille Taureaux dresse le portrait de nombreux personnages hauts en couleur et au caractère souvent très marqué. Yacha Kemal joue avec les archétypes pour marquer les traites les plus marquants de cette culture emplie d’humanisme. Un humanisme qui lui donne finalement un aspect moderne, quand le progrès supposé apparaît parfois inhumain. Ce contraste, pour ne pas dire ce paradoxe, pousse le lecteur à la réflexion, après lui avoir offert du rêve et du dépaysement. Cela marque la richesse de cette œuvre aussi singulière que le peuple qu’elle nous fait découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.