CHRONIQUE DES JO DE TOKYO : JOUR 9: TOUT SIMPLEMENT IMMENSE

Bouh, bouh, mais c’est quoi cette arnaque ! C’est du bidon en fait ces supposées chroniques des Jeux Olympiques ! Aujourd’hui, on se retrouve avec le même titre qu’hier et encore une photo avec Teddy Riner. Franchement, depuis qu’il poste des belles photos de lui sur Internet, il n’en fout plus une le Julien et il essaie de recycler deux fois la même deux jours de suite ni vu, ni connu ! Heureusement que je suis là pour démasquer cette infâme tentative d’escroquerie !

Mais qu’aurais-je pu choisir d’autre comme titre ? Comment ne pas saluer l’immensité de la performance de l’équipe de France de judo, parvenue à triompher de l’équipe japonaise sur ses propres terres ! C’est un peu comme si l’équipe du Japon d’épée nous battait… Mais attendez… Ce genre de clin d’œil est quand même magnifique et contribue à créer la légende du sport. Revenons cependant à nos moutons, où plutôt à nos judokates et judokas tricolores qui nous avaient déjà apporté moult satisfactions dans les épreuves individuelles. Si on pouvait à la rigueur leur reprocher un nombre de titres suprêmes limité, avec la seule Clarice Agbegnenou, je crois que toute forme de reproche est désormais proscrite.

La victoire d’aujourd’hui occupe une place majeure dans l’histoire de l’olympisme français. Ce n’est pas qu’une simple médaille d’or, mais bien un immense exploit, historique, merveilleux et relativement inespéré (sinon on ne parlerait pas d’exploit me direz-vous…). L’équipe de France nous a offert de ces moments qui marquent profondément et font les souvenirs ineffaçables qui ancrent un peu plus en chacun de nous la passion du sport. Des millions de supporters ou de simples curieux devant leur télé sont entrés en communion avec ces athlètes tellement exceptionnels, mais également formidablement sympathiques.

Beaucoup de commentaires mettront en avant la troisième médaille d’or olympique pour Teddy Riner. Après la toute relative déception de la veille, le voir jouer un rôle évident de leader dans cette équipe fait que cette médaille d’or a tout autant de valeur qu’une médaille individuelle. Son charisme et son aura ont certainement contribué à pousser chacun de ses coéquipiers à se transcender. Dans un sport individuel comme le judo, il s’agit vraiment de moments rares et on ne doute pas qu’il l’aura savouré pleinement.

Mais sur le plan purement sportif, la grande athlète de ces Jeux Olympiques, côté français, sera, on peut déjà le parier, Clarisse Agbegnenou. Cette deuxième médaille d’or ne fera pas d’elle que la Reine de ces JO de Tokyo. Elle vient de rentrer par la très grande porte dans l’histoire du sport français. Pas uniquement par le nombre de lignes à son palmarès, mais aussi par ce qu’elle a réalisé aujourd’hui. Plier en deux de cette façon la championne olympique de la catégorie supérieure démontre l’étendue de sa force et son prodigieux talent. Je soulignais il y a trois qu’elle symbolisait pleinement l’essence même de la notion de championne. Elle l’a prouvé encore aujourd’hui en repoussant les limites que l’on pouvait lui prêter. En a-t-elle vraiment ?

Merci à toute l’équipe pour ce moment de pure émotion et d’intense bonheur. Bienvenue dans l’histoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.