DUNE : Au panthéon

S’attaquer à l’adaptation d’une œuvre réputée inadaptable représente toujours un pari risqué. Surtout une œuvre qui semble jeter une malédiction à ceux qui tentent de la porter sur grand écran. On connaît la version de Dune par Jodorowski qui n’aura jamais vu le jour. Celle par David Lynch figure parmi mes films préférés, mais bien des amateurs éclairés la renient. L’annonce d’une nouvelle tentative par Denis Villeneuve a fait naître bien des espoirs. En effet, le cinéaste canadien avait, grâce à Premier Contact et Blade Runner 2049, déjà son siège réservé au panthéon de la science-fiction cinématographique. La manière magistrale dont il donne vie à l’univers imaginé par Franck Herbert lui fera encore gravir quelques marches.

On le savait déjà, mais Dune le confirme, Denis Villeneuve est un cinéaste dont la maîtrise artistique le rapproche des plus grands. Peut-être pas encore de la trempe d’un Kubrick ou d’un Welles, mais il fait incontestablement partie de ceux qui s’en rapprochent le plus. Il n’y a pas une fraction d’image dans aucun des plans de ce film qui ne soit pas proche de la perfection esthétique. C’est beau, tout le temps. C’est beau dans les moments calmes (nombreux, j’y reviendrai) et ça reste beau dans des moments d’actions terriblement spectaculaires. Le résultat est impressionnant parce que les idées qui prennent vie le sont, mais aussi par la manière sublime dont elles prennent vie. Rarement la science-fiction n’avait bénéficié de cette perfection formelle, qui n’aurait pas rougir de la comparaison avec celle d’un 2001, l’Odyssée de l’Espace par exemple.

Copyright Warner Bros. France

Quant est-il de Denis Villeneuve narrateur ? Là aussi, pas vraiment de surprise quand on connaît le reste de sa filmographie. Il n’a jamais été l’auteur de films au rythme échevelé. Dune le confirme. Le rythme est lent, c’est le moins que l’on puisse dire, ce qui donne à cette œuvre un caractère fascinant et hypnotique. Cela constitue sa marque de fabrique et rend son style particulièrement reconnaissable. Cependant, il sombre peut-être dans une petite forme d’excès et le film aurait peut-être été encore meilleur avec quelques minutes de moins, même si le risque aurait été à l’inverse d’en faire un film tristement banal. En tout cas, on ne pourra pas reprocher au réalisateur canadien d’avoir renoncé à la moindre parcelle de son intégrité d’auteur.

Au-delà de la vision personnelle de Denis Villeneuve, Dune reste une grande histoire. Il n’est pas devenu une de plus grand classique de la littérature de science-fiction pour rien. Le film, dont je ne jugerai pas de la fidélité au roman pour ne pas l’avoir lu (oui, j’ai encore quelques trous dans ma culture), bénéficie évidemment de cette grandeur. Il bénéficie également d’un casting dirigé d’une main de maître, où même Jason Momoa prend des allures d’acteurs shakespeariens. Le tout donne une film d’une beauté et d’une classe folles, qui nous transporte et nous charme, nous impressionne et nous offre du rêve, nous intrigue et nous offre quelques grands frissons. Un grand classique de littérature qui est devenu désormais un grand classique du cinéma.

LA NOTE : 16,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Denis Villeneuve
Scénario : Eric Roth, Jon Spaihts et Denis Villeneuve, d’après le roman du même nom de Frank Herbert
Costumes : Jacqueline West et Bob Morgan
Direction artistique : Patrice Vermette
Photographie : Greig Fraser
Montage : Joe Walker
Musique : Hans Zimmer
Production : Cale Boyter, Mary Parent et Denis Villeneuve
Durée : 155 minutes

Casting :
Timothée Chalamet : Paul Atréides
Rebecca Ferguson : Dame Jessica
Oscar Isaac : Duc Leto Atréides
Josh Brolin : Gurney Halleck
Stellan Skarsgård : Baron Vladimir Harkonnen
David Bautista : Glossu Rabban
Stephen McKinley Henderson : Thufir Hawat
Zendaya : Chani
David Dastmalchian : Piter de Vries
Chang Chen : Dr Wellington Yueh
Sharon Duncan-Brewster : Liet Kynes
Charlotte Rampling : Gaius Helen Mohiam
Jason Momoa : Duncan Idaho
Javier Bardem : Stilgar
Babs Olusanmokun : Jamis
Benjamin Clementine : Héraut du Changement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.