HYPERION (Dan Simmons) : Un nouveau monde

J’ai la prétention d’avoir une culture relativement complète. Mais comme toute culture, elle connaît encore de sérieux trous. Mais peu à peu, je m’efforce de les boucher un à un. En lisant Hypérion de Dan Simmons, j’en ai bouché un de taille dans la rubrique roman culte de science-fiction. Il figurait pourtant dans ma liste de lecture depuis bien longtemps. J’avais donc largement eu l’occasion d’imaginer ce que pouvait bien être l’histoire qui sous-tend cette saga. J’étais cependant loin de m’attendre à cela.

Hypérion est le premier volet d’une histoire en quatre parties, formant deux paires qui se complètent. Il a donc la charge de nous introduire dans un univers et de nous présenter les personnages. Il assume pleinement cette tâche et on peut même dire qu’il s’y consacre pleinement. En effet, le récit se décompose principalement en sept sous-récits, un par personnage, chacun nous racontant qui il est et pourquoi il se retrouve là où le récit principal se déroule. Cela pourrait donc se montrer particulièrement frustrant mais heureusement l’univers décrit se montre suffisamment riche et fascinant pour que l’on apprécie pleinement cette longue phase de découverte. Une longue introduction qui donne fortement envie de connaître la suite.

A travers sept destins individuels, Hypérion fait découvrir différents aspects du monde dans lequel le récit se déroule. Cette grande variété confrère tout son intérêt à cette œuvre et fait son originalité, un des facteurs explicatifs de son immenses succès. Dan Simmons parvient à passer des épisodes urbains à des épisodes de grande aventure toujours avec le même bonheur. La plus grande diversité contribue à bâtir un monde d’une grande cohérence. C’est là le plus grand mérite de ce roman qui occupe effectivement une place quelque peu à part dans l’univers de la science-fiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.