DARK IN HERE (The Mountain Goats), MEMORIES FROM SAINT FORGET (Peter Van Poehl), ENTERTAINMENT, DEATH (The Spirit of the Beehive) : Partir à la découverte

On débute cet avis avec une découverte venue de Californie, le groupe The Mountain Goats. Enfin une découverte pour moi, car Dark in Here, sorti en 2021, n’est pas moins que leur 20ème album. J’ai donc découvert leur pop enjouée aux accents très folk. Une musique parfaitement maîtrisée, où tout est bien en place et quelque peu gentillette. Cela s’apparente du coup quelque peu à de la musique pour adolescents. La qualité est cependant constante et on écoute cet album avec un certain plaisir. Les titres ne se ressemblent pas, nous offrant ce qu’il faut de variété, même si globalement cet album ne se démarque pas vraiment.

On peut faire le même constat en écoutant Memories from Saint Forget, de l’artiste suédois Peter Van Poehl, dont ce n’est que le cinquième album. Sa pop est douce et un rien sucrée. Cela coule tout seul aux oreilles, mais les accrocher forcément. Le style et les instrumentations sont maîtrisés mais le résultat manque passablement de relief. Surtout que le tout souffre de quelques passages où la voix est un peu trop poussée et prend des sonorités pas toujours très agréables.

The Spirit of the Beehive est un groupe américain que je ne connaissais pas non plus. Mais pour le coup, j’aurais préféré qu’il me reste parfaitement inconnu. Entertainment, Death débute par ce qui s’apparente à des bruits dissonants et agressifs. Cela finit par enchaîner sur du rock relativement classique, mais le bruit fait son retour dès le deuxième titre. Mais rien n’ira par la suite. L’équilibre entre la voix et les instrumentations est très mauvais, le chant ressemble parfois à des cris. C’est inaudible, agresse les oreilles sans proposer la moindre forme d’harmonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.