LE VISITEUR DU FUTUR : Les idées avant l’argent

Le Visiteur du Futur affiche

En France, non n’a pas toujours les budgets pour proposer des films à très grand spectacle. Il s’avère aussi que l’on n’a pas de pétrole. Mais dans les deux cas, on compense avec des idées. Parfois aussi en s’associant avec d’autres pays, comme pour Vesper Chronicles récemment. Le Visiteur du Futur est quant à lui une production 100% hexagonale. Si le début du film nous fait quelque peu douter de la capacité du film à nous entraîner réellement dans son univers, faute de crédibilité. La suite se montrera réellement convaincante et on en ressort très agréablement surpris.

Paradoxes temporels

Malgré des moyens visuels qui touchent parfois leurs limites, François Descraques a eu l’immense mérite de ne pas renoncer à l’ambition scénaristique. Même si le ton du Visiteur du Futur est clairement celui d’une comédie, il nous propose une véritable histoire de science-fiction pleine de paradoxes temporels, qui peuvent donner quelques migraines au plus réfractaires à ce genre d’histoire. De même si les personnages portent en eux une touche de parodie, le scénario creuse assez leur personnalité pour leur offrir une réelle épaisseur. De plus, l’intrigue est ponctué de nombreux rebondissements qui fonctionnent parfaitement bien.

Le Visiteur du Futur
Copyright Pyramide Productions 2021 – Photos Thomas O’Brien

La jeunesse sauve la mise

Le point faible du Visiteur du Futur tient peut-être dans une qualité d’interprétation plus proche de la série télévisée des années 80 que du long métrage. La plus convaincante est celle qui a sans doute le pedigree le moins fourni, à savoir la jeune Enya Baroux. Elle éclipse largement Florent Dorin et Arnaud Ducret à qui ils arrivent de sonner un tantinet faux. Le travail sur les décors et les costumes semble avoir vraiment optimisé les moyens mis à disposition. Ils ont le bon goût de ne pas chercher à en mettre pleine la vue, ils n’en ont pas la capacité, mais servent parfaitement l’histoire en lui donnant vie de manière suffisamment convaincante. Au final, le film peut garder la tête haute devant la grande majorité des superproductions du genre. Espérons que notre pays ne perde pas de si tôt ses idées.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : François Descraques
Scénario : François Descraques
Décors : Paul Chapelle
Costumes : Cécile Auclair
Photographie : Matthieu Misiraca
Montage : Quentin Eiden
Musique : Jimmy Tillier
Production : Stéphane Parthenay, Robin Boespflug-Vonier et Laurent Lecêtre (directeur de prodution)
Durée : 102 minutes

Casting :
Florent Dorin : le Visiteur
Enya Baroux : Alice Alibert
Arnaud Ducret : Gilbert Alibert
Raphaël Descraques : Raph
Slimane-Baptiste Berhoun : Dr Henry Castafolte
Mathieu Poggi : Mattéo
Audrey Pirault : Louise
Lénie Chérino : Constance
Ludovik : Richard Dassault
Simon Astier : Michel Millot
Vincent Tirel : Victor
Assa Sylla : Belette
Marc Riso : Francis
Alex Ramirès : Fabio
Jenny Letellier : Charlie
Raphaël Carlier : Defunax
David Coscas : Galabroche
Kyan Khojandi : Boris
Bruno Muschio : Régis
David Marsais : Picpus
Monsieur Poulpe : le survivant qui bave

Fiche Allociné : https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=268603.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.