NOPE : Get in !

Nope affiche

A quel moment peut-on considérer qu’un réalisateur est un grand cinéaste ? Suffit-il d’un seul grand film ? Peut-être pas, car la chance et le hasard, un casting assez bon pour ne pas avoir besoin d’être dirigé, un scénario en béton… tout cela peut conduire un metteur en scène moyen dans l’absolu à nous offrir un petit chef d’œuvre. Au bout du deuxième, la théorie du coup de chance en prend un coup. Mais est-ce assez pour vraiment établir un diagnostic définitif ? Je n’en suis pas certain. Mais pour Jordan Peele, je suis prêt à faire le pari. Après l’avoir découvert avec Get Out, Nope constitue la confirmation éclatante d’un immense talent.

Maîtrise magistrale

Un des plus grands mérites de Jordan Peele est d’obtenir une telle reconnaissance (je ne suis pas le seul critique enthousiaste) alors qu’il reste fidèle au film de genre. Mais bon, depuis Shining de Stanley Kubrick, qui doute encore que ce genre de film peut s’avérer être de purs chefs d’œuvre cinématographiques. Nope est un modèle de maîtrise à tout point de vue. Le rythme paraît lent, mais il l’est juste assez pour laisser le temps à l’inquiétude du spectateur de grandir. Les éléments se dévoilent les uns après les autres, dévoilant très progressivement le voile de mystère qui recouvre les premières minutes. Le final est grandiose et épique, montrant à quel point Jordan Peele est à l’aise sur tous les terrains.

Nope
Copyright 2022 UNIVERSAL STUDIOS. All Rights Reserved.

Artistiquement, Nope est aussi pleinement réussi. Sans aller jusqu’au génie absolu du maître Kubrick, Jordan Peele situe dans le très haut du panier du cinéma contemporain en termes de sens esthétique. Photographie et cadrages sont de toute beauté, contribuant de manière significative à la création de cette ambiance si particulière qui parcourt tout le film. Il retrouve Daniel Kaluuya, qui tenait déjà le premier rôle dans Get Out. On retrouve la même synergie entre un excellent comédien et un très grand metteur en scène. Mais niveau casting, c’est avant tout Keke Palmer qui crève l’écran par son énergie qu’elle déploie dans des registres très divers. Tout cela donne un vrai grand moment de cinéma, grandiose et sombre, inquiétant et réjouissant. Le cinéma comme on l’aime passionnément.

LA NOTE : 15,5/20

Fiche technique :
Réalisation et scénario : Jordan Peel
Musique : Michael Abels
Direction artistique : Samantha Englender
Décors : Ruth De Jong
Costumes : Alex Bovaird
Photographie : Hoyte van Hoytema
Montage : Nicholas Monsour
Production : Ian Cooper et Jordan Peele
Production déléguée : Robert Graf et Win Rosenfeld
Coproduction : David Torres
Durée : 135 minutes

Casting :
Daniel Kaluuya : Otis « OJ » Haywood Jr.
Keke Palmer : Emerald « Em » Haywood
Steven Yeun : Ricky « Jupe » Park
Brandon Perea : Angel Torres
Michael Wincott : Antlers Holst
Wrenn Schmidt : Amber Park
Keith David : Otis Haywood Sr.
Donna Mills : Bonnie Clayton
Barbie Ferreira : Nessie
Devon Graye : Ryder Muybridge
Eddie Jemison : Buster
Oz Perkins : Fynn Bachman
Terry Notary : Gordy

Fiche Allociné : https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=263062.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.