EN DECALAGE : Le bon son

En décalage affiche

Les collaborations franco-espagnoles occupent le haut de l’affiche cet été. Il y a quelques semaines avec As Bestas, qui marquera profondément cette année 2022 cinématographique. Pas sûr qu’En Décalage occupera une place équivalente dans les mémoires des amateurs du 7ème art. Mais il n’aura pas déçu ceux qui auront eu la bonne idée d’aller le voir au lieu d’aller à la plage. Un scénario particulièrement bien écrit et inattendu fait de ce film une réussite, à la hauteur des moyens déployés. Avec un travail remarquable sur le son récompensé aux Goyas.

Un scénario remarquablement écrit

Pour apprécier pleinement En Décalage, il faut savoir se laisser porter par l’histoire et se laisser surprendre. La bande-annonce est d’ailleurs exemplaire à ce niveau là, en traduisant parfaitement l’ambiance du film, tout en ne dévoilant pas ce qui fait vraiment l’originalité de l’histoire. Le récit est particulièrement bien construit, dévoilant progressivement les éléments qui le constituent. Et surtout leur ampleur et leur nature réelles. Rien de très spectaculaire au final, mais beaucoup d’intelligence dans l’écriture et de finesse dans la narration. Il ne s’agit pas de l’histoire la plus passionnante jamais racontée. Mais au moins, elle est unique.

En Décalage
Copyright Álvaro Mascarell

Un travail sonore impressionnant

En Décalage permet de profiter pleinement de l’immense talent de Marta Nieto, qu’on avait déjà découverte dans Madre de Rodrigo Sorodoyen. Elle livre là une prestation pleine de subtilité, parvenant à créer une réelle aura mystérieuse autour de son personnage, tout en transmettant ce petit flux d’émotion qui nous attache à lui. Le film brille aussi d’un point de vue formel pour son travail sur le son, qui joue un rôle absolument central dans cette histoire. Ce qui compte est bien l’environnement sonore dans lequel évolue les personnages, puisque le film n’est agrémenté d’aucune musique. Cela contribue largement à l’originalité et la réussite de cette production franco-ibérique.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Réalisation : Juanjo Giménez Peña
Scénario : Pere Altimira et Juanjo Giménez Peña
Direction artistique : Antonio Pereira
Costumes : Arantzazu Domínguez
Photographie : Javier Arrontes
Montage : Cristóbal Fernández
Musique : Domas Strupinskas
Durée : 104 minutes

Casting :
Marta Nieto : C.
Miki Esparbé : Iván
Luísa Merelas : Marga
Fran Lareu : Pablo
Francisco Reyes : intrus
Julius Cotter : Phil
Cris Iglesias : Aurora
Iria Parada : Isa
Carmen Méndez : neurologue

Fiche Allociné : https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=286988.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.