REVOIR PARIS : Ceux qui restent

Revoir Paris affiche

Le cinéma français n’a désormais plus de scrupule à s’attaquer aux événements récents pour en tirer des scénarios. On l’a encore vu récemment avec Notre-Dame Brûle de Jean-Jacques Annaud. Si Revoir Paris est une pure fiction, les liens avec les attentats du 13 novembre 2015 sont à peine voilés. Il ne traite pas directement du déroulement de ceux-ci, mais du parcours difficile des victimes survivantes pour se reconstruire après un tel traumatisme. Cet angle pouvait facilement conduire l’histoire vers un pathos lourdingue et un propos pas du tout à la hauteur du sujet. Heureusement, le projet est porté par Alice Winocour, dont la subtilité n’est plus à démontrer.

Force et sensibilité

La cinéaste nous avait déjà convaincu de sa capacité à mettre en scène avec le très beau Proxima, après avoir signé le scénario du magnifique Mustang. Avec Revoir Paris, elle nous livre une histoire nous offrant la force de ce dernier et la sensibilité du premier. Un film portrait qui rend hommage à ceux qui ont vécu une histoire comparable à celle de la principale protagoniste. Il serait illusoire de croire que le film nous permet de vraiment comprendre ce qu’ont vécu et vivent encore les survivants. Mais au moins, nous permet-il de le toucher du doigt et de réaliser justement qu’il reste inaccessible dans sa pleine mesure à ceux qui n’étaient pas là. Tout cela nous est raconté avec un mélange d’optimisme et de fatalisme qui fait naître une grande émotion.

Revoir Paris
Copyright Pathé Distribution

Virginie Efira, grande dame

Je ne suis pas le dernier à dire du bien de Virginie Efira. De l’Amour, c’est Mieux à Deux, en passant par Victoria et Bendetta, elle a montré toute l’étendue de son parent. Revoir Paris n’est donc qu’une confirmation. Mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas le souligner encore une fois. Chose beaucoup plus étonnante, je vais dire également beaucoup de bien de la prestation de Benoît Magimel, ce qui est nettement moins fréquent. Mais il signe là une prestation très touchante et d’une grande justesse. La qualité de leur jeu est sublimé par la caméra d’Alice Winocour qui signe une réalisation sobre mais délicate. Le résultat est à la hauteur du propos et de la place dans notre histoire des événements dont il s’est inspiré.

LA NOTE : 14/20

Fiche technique :
Réalisation : Alice Winocour
Scénario : Alice Winocour avec Jean-Stéphane Bron et Marcia Romano
Photographie : Stéphane Fontaine
Décors : Margaux Remaury et Florian Sanson
Son : Jean-Pierre Duret, Pascal Villard, Laure-Anne Darras et Marc Doisne
Montage : Julien Lacheray
Musique : Anna von Hausswolff
Durée : 105 minutes

Casting :
Virginie Efira : Mia
Benoît Magimel : Thomas
Grégoire Colin : Vincent
Maya Sansa : Sara
Amadou Mbow : Assane
Nastya Golubeva Carax : Félicia
Anne-Lise Heimburger : Camille
Sokem « Kemso » Ringuet : Hakim
Sofia Lesaffre : Madeleine

Fiche Allociné : https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=290439.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.