THINGS TAKE TIME, TAKE TIME (Courtney Barnett), 30 (Adele), BARN (Neil Young) : Puissantes femmes

Things Take Time, Take Time (Courtney Barnett) : Toujours aussi agréable

Things Take Time, Take TimeOn débute avec une artiste australienne que j’apprécie beaucoup, Courtney Barnett. Après Sometimes I Sit and Think and Sometimes I Just Think et Tell Me How You Really Think (auxquels on peut ajouter Lotta See Lice, en duo avec Kurt Vile), voici son troisième album solo, Things Take Time, Take Time, sorti en 2021. Elle nous offre un rock mélodique, aux accents country. Une sorte de mélange entre The Bangles et Sheryl Crow. Sa voix possède définitivement une vraie personnalité. Elle fait preuve de conviction et de maîtrise. La production donne un côté intime. La qualité est constante et le résultat très agréable.

30 (Adele) : Puissante découverte

30On poursuit avec une immense star… que je n’avais pas la chance de vraiment connaître jusqu’à l’écoute de 30, son quatrième album. Je comprends mieux désormais le succès d’Adele, saisi par sa voix claire. L’ambiance est un rien rétro, avec quelques accents symphoniques. Cela ressemble souvent à une musique de film, comme un générique de James Bond (on se rappelle alors qu’elle a signé celui de Skyfall en 2012). La voix est parfaitement mis en valeur. La qualité monte encore d’un cran quand la voix est poussée et qu’elle mord vraiment dans ses titres. Mais globalement, la qualité est constante et l’album dégage une vraie puissance.

Barn (Neil Young) : Sans surprise, ni renouvellement

BarnOn termine avec un classique de ces pages, le prolifique Canadien Neil Young et son dernier album Barn… Ah non, celui est sorti en décembre 2021 et un autre est déjà sorti entre temps. On peut évidemment s’interroger sur la capacité d’un artiste dans ces conditions à vraiment se renouveler. Ce n’est pas cet album qui apportera la réponse. En effet, on est plongé dès les premières secondes dans l’univers vraiment typique de Neil Young. Peu de différence avec Songs for Judy ou Peace Trail, les deux derniers albums dont je vous avais parlé. Les quelques titres aux accents plus rock n’y changent pas grand chose. Surtout que la production reste toujours assez « cheap ». On notera tout juste le titre Shape of You, où il mord un peu plus que d’habitude. C’est un peu bancal, mais au moins cela sort de la routine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.