ACCUEILJ'AIME/J'AIME PASPHOTOSJEUXLIENSME CONTACTERLIVRE D'OR
Accueil
Retrouvez ci-dessous les trois derniers articles publiés sur mon site. Et pensez à laisser un mot sur le livre d'or !
 

LA DESIRADE (René Exbrayat) : Tétralogie bien conclue

Mes Passions - Lectures

ladesiradeAvec La Désirade s'achève la tétralogie les Bonheurs Courts de René Exbrayat. Une tétralogie qui avait démarré sur les chapeaux de roue avant deux tomes beaucoup plus moyens. Mais c'est la marque des grands auteurs de savoir conclure en beauté. Bon après, reste à savoir si René Exbrayat est un grand auteur. En tout cas, avec ce roman, il conclut son long récit avec talent, à défaut de génie.

Si on commence par le négatif, on peut regretter que la Désirade tourne le dos défintivement à ce qui avait fait tout le charme de la Lumière du Matin, le premier volet de la tétralogie. En effet, ce dernier mêlait de manière très dynamique la destinée des personnages avec les grands événements du 19ème siècle. Ce mélange a peu à peu disparu pour laisser place à un récit beaucoup plus classique, pas forcément inintéressant mais qui perdait là sa réelle plus-value. Dans ce dernier volet, l'aspect historique est devenu totalement anecdotique et c'est bien dommage.

Lire la suite...

 

LE BGG - LE BON GROS GEANT : Le beau mais pas si géant

Les Blogs - Blog ciné

lebggafficheIl n'y a pas d'âge pour être un grand enfant. Et tout le génie du monde ne vous préserve pas de ce travers qui n'en est pas un. Steven Spielberg en est la preuve, lui qui a presque livré un film autobiographique en consacrant une de ses œuvres au mythe de Peter Pan. Il en est la preuve au travers de le BGG – Le Bon Gros Géant, un conte tiré de Roald Dhal. Ne connaissant pas l'œuvre originale, je ne peux dire s'il s'agit d'une adaptation fidèle, mais le film souffre d'une histoire assez faiblarde que ne peut compenser une réalisation toujours aussi parfaite !

Le BGG – Le Bon Gros Géant ne parvient jamais vraiment à nous entraîner dans un récit qui incite pourtant au rêve et parle à notre imaginaire. Faute de rythme, d'épaisseur du propos ou de vrai souffle épique. Si la première moitié pourrait presque apparaître comme prometteuse, le film rate totalement un tournant crucial du scénario. Le début de dynamique est totalement cassé par une beaucoup trop longue séquence lourdingue et interminable. Cela nous amène vers un dénouement qui ne nous fait pas vibrer, faute de plus d'avoir ressenti un attachement fort envers les personnages.

Lire la suite...

 

NICE BAIE D'AISANCE (Serge Livrozet) : Poulpe humain

Mes Passions - Lectures

nicebaiedaisanceLes Jeux Olympiques ayant touché à leur fin, il est temps de reprendre le cours de mes activités normales. Et parmi elles, nourrir un peu ce blog que j'ai délaissé depuis deux semaines. Surtout que cela fait quelque temps déjà que j'ai fini Nice Baie d'Aisance, un nouvel épisode des aventures du Poulpe. L'auteur est cette fois Serge Livrozet, un écrivain engagé ayant participé au lancement du journal Libération. Il apporte une vision assez personnelle sur ce personnage qui n'appartient à personne.

Nice Baie d'Aisance met l'accent sur les émotions du détective aux longs bras (d'où son surnom). Il est moins cynique, moins drôle peut-être du coup, mais plus touchant, plus attachant, plus humain. L'intrigue policière constitue plus un prétexte qu'autre chose pour mettre en lumière les pensées et les sentiments du Poulpe. Cela ne donne pas un récit passionnant, mais un récit que l'on a beaucoup de plaisir à lire quand on apprécie déjà par ailleurs cet univers.

Lire la suite...