ACCUEILJ'AIME/J'AIME PASPHOTOSJEUXLIENSME CONTACTERLIVRE D'OR
Accueil
Retrouvez ci-dessous les trois derniers articles publiés sur mon site. Et pensez à laisser un mot sur le livre d'or !
 

ALADDIN : Le rêve est toujours bleu

Les Blogs - Blog ciné

aladdinafficheDisney est sur le point de réussir son pari. Enfin un parmi les nombreux paris qui rythment la vie de cette entreprise. Après avoir tâté discrètement le terrain l'année dernière avec le Livre de la Jungle (que je n'ai pas vu et que je ne jugerai donc pas), la maison aux oreilles rondes a décidé de frapper fort cette, avec trois adaptations en prises de vue réelles de trois des plus emblématiques dessins-animés de son patrimoine. Le premier étage de la fusée, Dumbo, avait permis un décollage réussi. Mais avec un pilote aussi talentueux que Tim Burton, on pouvait s'y attendre. La suite, Aladdin, s'avérait plus risqué avec Guy Richie aux manettes. Mais il dirige finalement son vaisseau avec une maîtrise remarquable.

Guy Richie n'est pas franchement connu pour être le réalisateur le plus subtil qui soit. Certes, Snatch est pour moi un film culte et j'ai de la sympathie pour sa version de Sherlock Holmes (enfin surtout le premier épisode). Cependant, j'avoue qu'il sombre parfois dans un surenchère visuelle pouvant s'avérer fort lourdingue. Et lui confier la mise en image d'une histoire basée sur un génie, un tapis volant et beaucoup de magie ressemblait à un cadeau empoisonné, le poussant vers ses pires travers. Il fait au final preuve d'une étonnante sobriété qui fait d'Aladdin un divertissement plaisant, qui ne fait pas mal aux yeux à force de multiplier les plans de moins d'une demi-seconde. Guy Richie s'attache surtout à respecter à la lettre l'esprit du dessins-animé originel. Il n'en retire rien et ajoute quelques suppléments pour l'enrichir. Il a surtout su mettre parfaitement en valeur les chansons qui peuplaient l'original. Certains y verront peut-être un manque d'audace. Ceux qui, comme moi, ont eu les yeux énamourés en 1992 retrouveront quelques émotions d'alors.

Read more...

 

LE JEUNE AHMED : La religion de la sobriété

Les Blogs - Blog ciné

lejeuneahmedafficheQuand on veut se marrer un grand coup, quand on veut assister à un spectacle léger et drôle, quand on veut assister à un film à grand spectacle qui vous en met plein la vue, il y a une chose à ne pas faire, jamais, en aucun cas : aller voir un film des frères Dardenne. Par contre, lorsque l'on veut assister à une œuvre aboutie, où le fond importe plus que la forme, émouvante et qui pousse à la réflexion, alors leur cinéma est parfait pour cela. Une nouvelle démonstration nous vient du Jeune Ahmed, où les cinéastes belges s'attaquent au sujet délicat de la radicalisation des plus jeunes vers une mouvance islamique extrême. Mais force est de constater qu'ils s'en sortent avec beaucoup de brio.

Le Jeune Ahmed est un film dans lequel on entre progressivement. En effet, le personnage principal n'inspire qu'assez peu de sympathie, voire même inspire une forte antipathie dès les premières minutes. Qu'importe son âge, son comportement nous est immédiatement dépeint sous un jour plutôt inquiétant. Mais peu à peu, on s'attache aux personnages qui gravitent autour de lui et qui essayent désespérément de le ramener vers la raison et la bienveillance. C'est pour eux qu'on souffre, ce sont leurs sentiments que l'on partage et qui nous touchent. Le propos prend donc un peu plus de force à chaque minute jusqu'à un dénouement particulièrement réussi.

Read more...

 

LES DENIERS DU COLT (Gilles Vidal) : Digestion en douceur

Mes Passions - Lectures

lesdeniersducoltIl y a des plats dont on finit par se lasser à force d'en manger. Et puis, il y a le Poulpe. Si on est prêt à y goûter encore et encore, c'est aussi parce que chaque bouchée est relativement légère. Vous l'aurez compris, je parle une nouvelle fois du Poulpe, version littérature, ce détective pas comme les autres, qui n'appartient à personne. L'épisode dont je vais vous parler aujourd'hui, les Deniers du Colt, a été écrit par Gilles Vidal, un romancier à la longue bibliographie, même si elle ne compte aucune œuvre particulièrement marquante.

Tout l'intérêt de cette série, c'est qu'en changeant à chaque fois d'auteur, le personnage principal reste le même, tout en changeant toujours quelque peu. C'est encore le cas dans les Deniers du Colt, où Gilles Vidal nous offre un Poulpe moins ironique et détaché que d'habitude. Il nous livre par contre quelques jolis moment d'érotisme. On sent ce volume influencé par une culture du polar de gare plus classique. C'est peut-être légèrement infidèle à l'esprit de la série, mais au moins cela crée la surprise et renouvelle une nouvelle fois le plaisir de retrouver ce personnage.

Read more...